SSII : Stagnation des salaires à l’embauche des cadres

Dans le contexte économique actuel assez difficile, les ESN (anciennement SSII), mettent en place une réelle politique interne et font preuve de rigueur salariale. Le principal élément touché : la rémunération, comme le révèle une étude menée par l’Apec ayant pour sujet les salaires des cadres à l’embauche pour l’année 2013.

Des économies faites sur les salaires des débutants ?

Le salaire moyen d’un cadre entre 2012 et 2013 n’a pas subi d’importante fluctuation et s’élevait à 35.000€ brut annuel.
La variation s’est faite ressentir différemment selon le niveau d’expérience du profil recruté. Les jeunes diplômés (42% des recrutements en 2013), subissent pour la troisième année consécutive une baisse des salaires médian à l’embauche. En 2013, il approchait les 29.000€ contre 31.000€ en 2011.

Graph1

Sur cette même période (2012-2013), les cadres ayant de l’expérience, entre 1 à 5 ans, et les cadres confirmés, ont vu leur salaire médian à l’embauche progresser de 2.000€.

Ces constations constituent une véritable politique salariale de la part des SSII. Recruter un jeune diplômé qui ne connait pas d’inflation de son salaire permet de garantir le prix des prestations réalisées par les SSII. C’est pour ces entreprises, un réel avantage concurrentiel.

graph2

Au delà de la rémunération, c’est l’ensemble des éléments gravitant autour de celle-ci que touche la politique de rigueur des SSII. Par exemple, en 2013, les primes d’intéressement ont chuté de 2%. Au final, 31% des embauches n’ont pas donné lieu à une attribution d’élément supplémentaire.
Graph3