Pénurie de compétences : le numérique s’inquiète

Menée par Brocade, une étude interroge 630 responsables informatiques de 6 pays afin de mettre en avant le manque de compétences au sein du numérique; une inquiétude des professionnels du secteur.

En réponse à l’évolution rapide du numérique, les entreprises doivent recruter. Dans l’ensemble, 91% des dirigeants de service informatique estiment que leur service est perçu comme important voir essentiel à la croissance de l’entreprise.
Les process de recrutement sont difficiles et près de 54% des responsables s’attendent à une pénurie de candidats qualifiés dans les 12 prochains mois.

Malgré les recrutements prévus, une pénurie de compétences en interne peut s’installer : compétences dépassées, manque de formation des salariés, évolution rapide des technologies.

Resume (autobiography), pen, magnifier, laptop on your desktop. job search

Au niveau mondial, 25% des responsables informatiques pensent ne pas pouvoir répondre aux besoins de leur entreprise en raison d’une pénurie de personnel. En France, ce taux est seulement de 9%.

Le recrutement de nouveaux salariés qualifiés permet une progression aux entreprises mais il faut rester vigilant sur la formation des salariés déjà présents dans la société. 90% des interrogés estiment que la formation au digital rencontre des obstacles importants : manque de temps consacré à la formation, faibles budgets de formation, manque d’engagement de la direction et difficultés à définir les compétences à acquérir.

34% des responsables informatiques admettent que pour leur direction, l’acquisition de compétences numériques n’est pas considérée comme capitale, alors qu’il s’agit d’un enjeu stratégique. Pour 57%, elle est même considérée comme un coût et non un atout pour l’entité. En France, ce taux est de 30%.
A ce jour, seulement 3 heures par semaine sont attribuées à l’apprentissage et au perfectionnement des compétences.

A ce jour, 34% des personnes interrogées affirment que les équipes informatiques de leur entreprise n’ont pas les compétences pour garantir leur emploi à l’avenir.